Course à l'investiture.

C’est quoi ça une course à l’investiture?

 

À chaque élection provinciale, les candidatEs qui se présentent dans une circonscription pour Québec solidaire ont d’abord été éluEs par les membres solidaires de cette circonscription, à travers une course à l’investiture. Pour remporter l’investiture, il faut avoir récolté 50%+1 des votes au total.

 

Catherine Dorion veut être la prochaine candidate de Québec solidaire dans Taschereau afin de faire élire à l’Assemblée nationale une première députée solidaire à l’extérieur de Montréal. Que la gauche de la Ville de Québec occupe la place qui lui revient dans le paysage politique québécois!

 

Vous habitez Taschereau et vous voulez voter? Faites-vous membre avant le 26 février prochain. Mettez la soirée du 28 mars à votre agenda et présentez-vous pendant la période de vote. https://adhesion.quebecsolidaire.net/

 

Dates à retenir:

25 février 2018 14 h : Premier débat des candidates.

 

26 février 2018 23 h 59 : Date limite pour devenir membre et avoir le droit de voter à l’assemblée d’investiture.

15 mars 2018 19 h 30 : Second débat des candidates.

18 mars de 14 h à 18 h au Centre Lucien-Borne : Vote par anticipation. Vous ne voulez pas assister à l'assemblée d'investiture, mais vous voulez voter pour votre candidate, c'est votre chance de le faire.

 

28 mars à 19 h au Club social Victoria : Assemblée d’investiture qui déterminera qui représentera Québec solidaire aux prochaines élections.

 

Faites-vous membre tout de suite et faites un gros X dans votre agenda à la date du 28 mars, oui, oui, maintenant! :)

 

*Les membres dont l’adhésion est arrivée à échéance après le 28 novembre 2017 peuvent renouveler leur adhésion sur place et voter lors de l’assemblée d’investiture.

Lettre de Catherine au comité d’investiture de Québec Solidaire:

 

Chères ami.e.s, supporteur.euses, camarades, collègues,

 

C’est dans l’art engagé que j’investis la majeure partie de mon action militante et la totalité de ma force de travail depuis dix ans. Dans quoi mon art est-il engagé? Dans la lutte anticapitaliste et dans la lutte contre tous les effets dévastateurs du néolibéralisme, ainsi que pour l’indépendance du Québec. Dans la lutte pour la refondation de communautés réelles, tangibles, de liens sociaux humains, culturellement forts, ces liants qui constituent notre seule arme contre ceux qui ravagent aujourd’hui la planète et les cultures humaines.

 

Les livres, les salles de théâtre, les classes de cégep et d’université où je vais parler sont des lieux extrêmement fertiles pour changer les mentalités, d’autant plus que, en tant qu’artiste, je ne cherche pas seulement à dénicher les meilleurs arguments, mais aussi (et surtout) à faire naître en chacun le désir véritable et la force morale de se lever pour rejoindre ceux qui refusent de se transformer en bétail humain au profit des investisseurs. Mes livres et mes spectacles font du bruit ; ils me permettent ainsi de véhiculer dans les petits et grands médias les idées qui nous sont chères.

 

Cette action militante est reconnue à travers le comté de Taschereau, où j’ai grandi et vécu la majeure partie de ma vie. À la librairie, au théâtre ou tout simplement dans les cafés, sur la rue Saint-Jean l’été, dans les bibliothèques, etc, on m’arrête pour me dire, « votre spectacle, votre livre m’a touché, continuez à faire de la politique. » Comme moi, les gens mélangent mon action et saisissent bien sa dualité, artistique/politique.

 

Ces dix ans d’expression artistique et politique m’ont donné une expérience et une aisance de porte-parole qui pourrait représenter pour QS un outil précieux. Être une porte-parole efficace et inspirante, n’est-ce pas en grande partie le rôle d’un candidat? J’ai le désir de mettre mon talent au service d’une gang qui travaille à renverser l’ordre établi de ces vieux partis qui répètent aux Québécois que rien n’est possible, qu’il faut se résigner, que c’est « comme ça que ça marche ». Non, ce n’est pas comme ça que ça marche et j’ai envie d’en faire la démonstration dans le jeu électoral, d’entrer dans une lutte concrète et féconde.

 

J’aimerais aussi que cette gang militante me nourrisse et m’en apprenne sur les enjeux importants qui sont moins instinctifs pour moi.

 

À bientôt, Catherine Dorion

Contactez le comité électoral de Catherine